Un syndicat suisse soutient le revenu de base inconditionnel

syna-kurt-regotz

Le deuxième syndicat de travailleurs en Suisse a choisi de défendre le revenu de base inconditionnel, et soutient l’initiative populaire lancée en avril 2012 par les réseaux helvétiques.

Qui a dit que les syndicats de travailleurs – arc-boutés sur la défense des travailleurs et du plein emploi – ne défendraient jamais le revenu de base ? Certainement pas Kurt Regötz, en tout cas. À la tête du deuxième syndicat le plus fort de Suisse avec 65 000 membres, cet homme de soixante ans peut se vanter d’avoir réussi à faire adopter le revenu de base par son organisation : le syndicat SYNA.

Un syndicat qui ose penser à contre-courant

Il faut dire que l’union syndicale ose aller plus loin que le minimum syndical. Dès 2006, on pouvait lire dans le compte-rendu de son Congrès de Baden :

Syna n’a pas peur de formuler et de discuter des utopies de société et d’inciter ses membres à penser et à agir à contre-courant

Fort de cette déclaration ambitieuse, le syndicat avait décidé d’approfondir sa réflexion sur le revenu de base et organisé un grand débat en interne, avec la participation du BIEN-Suisse et d’autres organisations prônant le revenu de base en Suisse. C’est finalement lors de son congrès d’octobre 2010, qu’une résolution (pdf) a été votée en faveur du revenu de base inconditionnel, par 143 voix contre 102.

« Le revenu de base inconditionnel renforce la position de l’ouvrier »

En avril dernier, SYNA a naturellement salué le lancement de l’initiative populaire suisse. Plus récemment, Kurt Regötz, son président, tenait un discours passionné en défense de l’initiative helvétique (vidéo en allemand – traduction en dessous) :

Pour les non-germanophones, voici une retranscription du discours de Kurt Regötz (traduction en Français par Christina Lambrecht) :

Chers Suisses, Mesdames, Messieurs.

Il y six ans, le syndicat SYNA se questionnait sur son rôle dans le monde globalisé. Et nous nous sommes demandés s’il y avait un avenir social et si la crise était mondiale.

Depuis, nous le savons, la crise nous l’avons tous et toutes ressentie. Mais comment définir notre rôle dans cette crise? Nous ne le savions pas. Nous n’avions aucune recette pour résoudre les problèmes et pour définir le monde de demain, c’est-à-dire, un monde plus juste.

Enfin nous avons trouvé la terre ferme : en tant que syndicat nous disons qu’il ne faut pas avoir peur de formuler des utopies et nous invitons tous nos membres à oser penser et agir à contre-courant. Nous avons adopté le principe [du revenu de base], car à notre dernier congrès nous nous sommes demandés : « Que pouvons-nous faire pour réaliser un monde plus juste, un monde dans lequel l’Homme est au centre et non l’économie ? ».

Nous nous sommes alors dit qu’il fallait aborder l’idée du revenu de base inconditionnel et qu’il fallait en parler. Voilà ce dont nous voulons discuter avec vous.

Depuis deux ans, nous avons parlé du revenu de base inconditionnel avec des vendeuses, des infirmières, des maçons, des menuisiers, des peintres en bâtiment et beaucoup d’autres personnes. Il nous ont tous et toutes répondu : oui! En tant que syndicat, nous voulons approfondir l’idée.

En conclusion, après notre congrès, nous avons tous et toutes décidé de soutenir l’idée du revenu de base inconditionnel.

Car nous disons : le revenu de base inconditionnel renforce la position de l’ouvrier. Le travail ingrat ou désagréable sera sans aucun doute mieux payé, les gens seront libérés de leur crainte de perdre leur gagne-pain. La dignité de l’individu sera plus respectée.

Et puis, je me souviens des paroles d’Albert Jörimann: le syndicat reconnaît le droit au travail. Le droit au travail, oui; notre but c’est le plein emploi. Mais nous devrons peut-être reconsidérer et redéfinir l’idée du plein emploi. Peut-être est-il temps d’oser dire que le droit au plein emploi ne veut plus dire que tout le monde doit avoir un travail pour subvenir à ses besoins d’existence mais que le plein emploi de l’avenir est le droit de pouvoir vivre dans ce monde comme on le souhaite et dans le libre choix.

Nous ne voulons pas mettre en péril nos réalisations syndicales. Notre sécurité sociale est une réussite. Nous voulons la préserver! Mais le revenu de base inconditionnel en est le socle. Le socle sur lequel nous pouvons continuer à construire la sécurité sociale.

Car le revenu de base inconditionnel permet à tous ceux qui, pour une raison ou autre, doivent dépendre d’une allocation ou ont besoin d’aide, de garder la tête haute, de ne pas devoir mendier et de faire des choix libres pour l’avenir. Le revenu de base inconditionnel nous permettra de créer une société plus juste et plus équitable; une société dans laquelle la dignité humaine est prioritaire.

En tant que syndicat, ce principe nous est cher : l’intérêt public et le bien-être de tous sont inscrits dans nos lois. C’est pour cela que le SYNA, en tant que deuxième plus grand syndicat Suisse, soutient avec force l’initiative pour le revenu de base inconditionnel et que nous aiderons tous les cantons suisses dans la récolte de signatures de soutien.

Nous espérons pouvoir partager avec vous notre enthousiasme pour le revenu de base inconditionnel et pour une Suisse meilleure.

Amis syndicalistes de l’Hexagone, à vous de jouer !


A lire aussi:

  • Share on Tumblr

À propos de l'auteur : Stanislas Jourdan

Coordinateur du mouvement Français pour un revenu de base et membre du comité de citoyens pour l'initiative européenne pour le revenu de base inconditionnel. Aussi éditeur en chef de ce site. Dans une vie antérieure : journaliste.

Articles Similaires

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié Les champs obligatoire sont marqué de *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Signez la pétition Avaaz

Déjà signatures

Et vous, qu'attendez-vous ?

Je signe en ligne !

Abonnez vous à notre lettre d’information

* champs requis
Je souhaite recevoir...