Le revenu de base ? Même pas peur !

peur

« Le revenu de base fait peur à gauche », tel est le titre d’un article paru  samedi sur le site Slate.fr sous la plume d’Emmanuel Daniel. Frédéric Bosqué répond point par point aux arguments avancés contre le revenu de base, et démontre le bien-fondé de cette proposition.

Je n’ai pas le plaisir de connaître M. Daniel mais j’aurais aimé discuter avec lui avant la parution de cet article (offre valable après également…). Peut être d’ailleurs que d’autres articles vont suivre ? J’en serais tout autant ravi. Le titre d’une prochaine publication sur ce thème pourrait d’ailleurs être « le revenu de base fait peur à la droite  », « au centre », « aux écologistes »,  « aux chrétiens démocrates », « aux patrons », « aux salariés »,  « aux syndicats », « aux chômeurs »,  « aux … » (remplacer les … par la partie prenante de la société de votre choix).

Le point commun qui unit une large majorité de ces groupes est qu’elles réduisent les humains à n’être que la prothèse d’une activité de production marchande. Elles font d’ailleurs de même avec la nature et la plupart de ses formes de vie en les réduisant à un support jetable ou renouvelable pour alimenter en matière première ce vaisseau devenu fou, sans cap et sans pilote.

Car, si le revenu de base fait débat auprès de toutes les parties prenantes de la société de production, c’est justement qu’il en annonce la fin. Tout comme le droit de vote, même à l’état embryonnaire, annonçait la fin du droit divin dans l’espace public et son système monarchique aux multiples privilèges, le revenu de base, même à l’état embryonnaire, est l’émergence d’un nouveau droit qui annonce la naissance d’une nouvelle organisation sociale à la fois plus juste et plus efficace. Remarquez que je ne parle pas ici la fin de la production en soi, mais de l’organisation qui place l’activité de production marchande comme seul moyen d’intégration des citoyens dans la communauté humaine. Cette activité doit reprendre sa place parmi les autres, ni plus, ni moins.

Il ne s’agit donc pas ici de se battre à coup d’arguments économiques (même si nous verrons que les arguments en faveur du revenu de base ne manquent pas). Il s’agit ici de redonner à l’économie sa dimension politique et donc une forme d’esthétique qui remet les choix techniques au service d’un idéal porté par la volonté commune de « faire société ».

La question du vivre ensemble devient alors primordiale et par suite la définition de ce que l’on entend par « bien commun », par « utilité commune » et par « distinctions sociales » est essentielle. C’est ici que commence la redéfinition de ce que nous appelons « travail », « production », « participation », « droit », « devoir » et bien d’autres activités. Le revenu de base vient questionner ces nominalisations. Que signifient les termes « travailler », « produire », « participer », « profiter », « devoir » à l’heure du XXIème siècle ?

Sans le questionnement à la fois des présupposés de la société de production finissante et de la perspective qu’offre la société de l’émancipation naissante, les débats autour du revenu de base se réduisent finalement à une actualisation du mot «charité » ou du mot « solidarité » selon le camp auquel on appartient.

Mais revenons donc à l’article de Slate, et reprenons, point par point, les objections soulevées.

Objection n°1: « C’est une mesure libérale »

Le revenu de base est-il une mesure libérale ? La réponse est oui. Le revenu de base est-il une mesure sociale ? La réponse est oui. Le revenu de base est-il une mesure écologique ? La réponse est encore oui.

Quelle que soit notre volonté instinctive de classer le revenu de base, via l’une de ses propriétés, dans une catégorie politique de la société de production, une autre nous fera sortir de ces catégories préhistoriques. Ainsi l’argument qui vise à établir que la mise en place d’un revenu de base permettrait une baisse de la prise en charge du coût salarial par les entreprises, et donc favoriserait leur propriétaire est un point de vue qui part de la défense d’un camp contre un autre, comme d’ailleurs celui qui affirme que la mise en place d’un revenu de base serait absorbée par une hausse des prix.

Si nous prenons un peu de recul et regardons la société de production actuelle, nous verrons que chacune de ses parties prenantes tend naturellement à établir sa toute puissance le plus loin possible. L’histoire récente nous montre qu’aucune de ces parties prenantes n’a eu le rôle de bourreau ou de victime à titre définitif et, sans des mécanismes de régulation, chacune d’elles déploie son pouvoir par la violence, au détriment des autres, quitte à mettre en danger de mort le corps social tout entier. Des mécanismes de régulation doivent assurer la dialogie des parties prenantes de notre société, c’est-à-dire leurs interactions à la fois complémentaires, antagonistes et concurrentes, nécessaires à l’émancipation des humains et au développement soutenable de leurs organisations.

Le revenu de base est un nouveau droit introduisant un revenu monétaire qui ne provient pas directement de la participation individuelle de chaque citoyen à la production marchande mais de leurs contributions collectives et inter-générationnelles. Il pose comme nouvelle distribution des revenus la prise en compte de deux revenus :  l’un variable que nous appelons « revenu d’activité », issu de ma participation individuelle à une activité de production marchande, et l’autre fixe que nous appelons « revenu de base » issu de notre participation collective et inter-générationnelle à cette même production.

Ainsi dans l’instauration de ce nouveau droit, il s’agira de commencer par faire apparaître le revenu de base à l’intérieur des revenus d’activités avant de le faire croître puisqu’il n’existe pas encore. Comme aujourd’hui le revenu de base est fusionné avec le revenu d’activité, au travers d’allocations diverses et variées, il nous faudra le séparer progressivement.

Voilà pourquoi certains ressentent que les revenus issus directement de l’activité individuelle de production marchande (travail salarial ou non) vont baisser et ils ont raison ! Ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’un nouveau droit, le revenu de base, vient compléter cette baisse et qu’en fin de compte aucun citoyen n’est perdant, bien au contraire. Il en est de même des citoyens qui vivaient d’allocations puisque, si certaines allocations vont baisser ou disparaître, elles seront toutes compensées par le revenu de base.

Chaque citoyen pourra progressivement choisir, grâce à son revenu de base, une activité non pas exclusivement pour avoir un revenu mais parce qu’il aura un revenu. Il pourra progressivement choisir une activité marchande ou non, et ainsi expérimenter à nouveau le chemin de son propre bonheur.

Quant à la hausse des prix évoquée pour récupérer ce supplément de revenu, elle devient caduque, du moins dans la première phase de son instauration puisque globalement il n’y a pas accroissement des revenus mais simplement une redistribution de ceux-ci sous deux formes.

 

Objection n°2: « Le postulat de départ est erroné »

L’article de Slate défend ensuite le point de vue selon lequel les gains de productivités ne seraient pas destructeurs d’emplois.

Qui peut aujourd’hui contester la hausse de la productivité, c’est-à-dire la quantité de biens, de services et d’informations produits par unité de temps ? Ce n’est pas parce que ce temps a été ensuite utilisé pour de nouvelles activités marchandes que la hausse de cette productivité n’existe pas. Ce n’est pas parce que certains en ont volé le produit financier pour le détourner dans des activités de spéculation destructrices que cette hausse de productivité n’existe plus.

Combien d’enfants en France travaillent du lever au coucher du soleil ? Qui peut contester l’avènement de la semaine des 40 heures et des congés payés, l’assurance maladie ou l’assurance chômage et d’autres droits sociaux encore qui nous ont permis de profiter de plus de  temps libre et de voir nos enfants s’instruire plutôt que de pousser des chariots de charbon ? Il est évident que le temps passé au travail individuel pour survivre n’a cessé de baisser depuis la taille du premier silex.

Voilà pourquoi, pour mesurer l’effet de cette hausse de productivité, il est bon de mesurer les temps passé par les humains, dans nos social-démocraties du moins, à assurer ce qui est nécessaire à la vie, autrement dit au bien commun. Si notre contrat social nous invite à avoir une utilité commune envers ce bien commun, une fois celui-ci assuré, nous reprenons notre liberté pour retrouver le chemin de notre propre bonheur. A chacun ensuite de décider ce qu’il veut faire de sa vie : Passer du temps à produire des biens, des services et de l’information puis à les échanger contre de la monnaie sur un marché ou bien avoir une activité non marchande, basée sur une certaine sobriété ou bien encore un mélange entre les deux.

Contrairement à ce que certains affirment, il n’est pas question d’imposer à tous un mode de vie naturel, un retour à la nature, comme si la nature était une sorte d’idéal civilisationel.  Non ! Il s’agit de permettre à chacun de refaire des choix de vie pour expérimenter le chemin de son propre bonheur et, que cela passe par un changement de mode de vie… ou non.

Ce qui compte pour les partisans du revenu de base, c’est le retour à l’activité choisie, et non subie. Aujourd’hui, de nombreuses activités marchandes n’ont plus rien à voir avec la préservation de notre bien commun et l’extension de nos libertés individuelles, objets – je le rappelle – de notre contrat social. Il ne faut donc pas s’étonner des conflits de plus en plus grands provoqués par ces activités entre toutes les parties prenantes de notre civilisation dans laquelle j’inclue toutes les formes de vie et la nature.

Préférer la diminution générale du temps de travail à l’instauration d’un revenu de base est une vision qui part encore une fois de la société de production. Pour certains des nôtres, il est difficile de penser un humain en dehors de sa place au sein de l’appareil de production marchand. C’est un peu comme si sous prétexte que la photosynthèse est nécessaire à la vie, tous les animaux devraient s’y mettre et qu’on devait diviser le temps passé à la photosynthèse sur toutes autres formes de vie. Non seulement c’est impossible mais cela part encore une fois de la hiérarchisation des toutes les activités par rapport à la production marchande. Chaque forme de vie participe à sa manière à la survie des autres. A nous de choisir aujourd’hui vers quelle société nous voulons vivre : une société de prédation, de parasites ou une société symbiotique. Je préfère de loin la dernière.

Parmi d’autres mesures permettant la transition, le revenu de base est là pour conduire chaque citoyen vers ce choix. Si certains d’entre eux se sentent capables et peuvent produire ce qui est nécessaire à la vie de façon efficace et durable, et que je n’ai pas besoin de participer à cette production marchande, alors un revenu de base permettra sans problème de rapprocher les uns des autres. Comme pour la baisse des temps de travail et les congés payés, de nombreuses activités marchandes et non marchandes vont émerger de l’instauration de ce nouveau droit pendant que d’autres, illégitimes, violentes centrées sur le « chantage à la faim » disparaîtront.

precariat revenu solution

C’est toute une reconfiguration des rapports sociaux qui se modifiera surtout avec la mise en place en parallèle d’une politique centrée sur l’incitation à la relocalisation de la production et au développement d’activités autosuffisantes. Cela se produira d’autant plus rapidement que le revenu de base  deviendra progressivement un revenu d’autonomie capable de permettre à tout citoyen de dire « oui  » ou « non » à une activité marchande.

Objection n°3: « Ça ne permettra pas de réduire les inégalités »

Poser comme la solution aux inégalités le fait « d’entamer l’enrichissement des plus riches » c’est encore une fois considérer comme alpha et oméga que les inégalités trouvent leur origine dans celles des revenus. De fait, cela pose comme coeur éternel de toute civilisation le système productif marchand pour produire les biens, services et informations et, comme  système de distribution unique, leur vente en monnaie sur un marché.

A partir de cette vision, il suffirait ensuite que les riches soient moins riches pour que toutes les inégalités soient de fait régulées. L’histoire proche du XXIème siècle nous montre que lorsqu’on supprime un groupe dominant, il s’en forme un nouveau encore plus puissant que le précédent jusqu’à ce qu’à nouveau il soit balayé par un nouveau encore plus violent … Quand arrêterons-nous d’opposer les uns aux autres et de partir de son camp pour résoudre tous les problèmes du monde ?

Isolément, le revenu de base ne solutionnera pas, bien sûr, les inégalités. En complément d’autres outils de régulation, il peut par contre introduire un seuil au-dessous duquel aucun humain ne pourra plus tomber. Ce seuil sera atteint quand de façon constitutionnelle chaque citoyen aura la possibilité de choisir durablement son activité parce qu’il disposera des moyens d’exister de façon autonome c’est à dire  « par ses propres règles ». Il pourra ainsi s’orienter vers les activités de son choix pourvu que celles-ci respectent celles des autres humains et de la nature, c’est-à-dire le bien commun.

Contrairement au point de vue qui consiste à dire que le revenu de base ne modifierait en rien  « le cœur même de la génération des revenus », bien au contraire, la mise en place d’un revenu de base transformera progressivement et en profondeur les rapports sociaux et donc la génération des revenus.

Le seul fait d’assurer, même en phase de transition, un revenu de base à tous les citoyens leur permettrait de faire des choix de vie nouveaux au long terme. Dans le modèle le plus minimal (400 euros pour les adultes et 200 pour les enfants), une famille avec deux enfants se verrait attribuer, sans condition et sans contrôle, un revenu de 1 200 euros par mois durant au moins 18 ans, et pourrait donc envisager une baisse de temps de travail voire un changement ou une création d’activité. Si nous prenons la version où le revenu de base serait versé, au moins en partie en monnaie complémentaire locale, ce revenu irriguerait des entreprises prioritairement locales et respectueuses des humains et de la nature ce qui permettrait une relocalisation de l’économie au profit du tissu des petites et moyennes entreprises et se retrouverait donc dans le financement par l’impôt des collectivités territoriales qui auraient à nouveau les moyens de leur politiques économiques, sociales et environnementales.

Prenons maintenant le modèle d’un revenu de base complet pour les enfants soit 400 euros où la moitié de ce revenu serait investi, jusqu’à leur majorité, dans un Fond d’Investissement pour la Transition (F.I.T.). Ce fonds financerait ensuite la mise à niveau de l’appareil de production local afin qu’il puisse sur vingt ans produire de façon durable ce dont les nouveaux citoyens auront besoin pour vivre d’ici là. Le capital abondé des fruits de cette nouvelle richesse produite localement pourrait ensuite être restitué au citoyen majeur ce qui, avec son revenu de base complet, lui donnerait un capital suffisant pour se lancer avec confiance dans la vie et viendrait diminuer l’une des inégalités les plus grandes : la constitution d’un patrimoine.

D’autre part, ce F.I.T. pourrait financer prioritairement des activités de relocalisation de la production et en particulier les citoyens désirant entreprendre des activités autosuffisantes. Et la contre garantie en euros de cette monnaie complémentaire locale pourrait être placée sur des comptes épargne éthiques. Ce système sortirait ainsi une masse monétaire de plus en plus importante de la spéculation financière pour la réinjecter plus utilement dans la société.

Ainsi, le revenu de base s’attaque au cœur même du processus des inégalités qui, dans une société de production, consiste à ne considérer comme « normaux» que les citoyens produisant des biens et des services ou de l’information pour les échanger en monnaie sur un marché. De fait, cette idéologie, que l’on retrouve à droite comme gauche et même chez les écologistes, est consubstantielle à toutes les parties prenantes de cette société de production. Elle disqualifie, réduit à la mendicité et à l’indignité tous les citoyens qui ne veulent faire de leur vie une marchandise.

Quand je pense que l’on a quasiment tranché le fait de fixer un « salaire maximal » alors que l’on discute encore d’un revenu de base pour tous les citoyens de monde, j’ai parfois du mal à situer où se trouvent les forces de progrès, celles qui il y a un temps faisaient mourir heureux des humains pour leur dignité retrouvée. C’est en plus un mauvais calcul économique quand on voit l’explosion des activités marchandes et non marchandes qu’ont initié les congés payés, la semaine des 40 heures et finalement les droits à la retraite.

Objection n°4: « Pas de droits sans devoirs »

Voilà encore un point de vue directement issu de la société de la production qui devient caduque dans une société de l’émancipation. Un droit est un droit. L’opposer à un devoir est une contradiction. Sinon cela n’est plus un droit mais une contrepartie. Nous sommes vraiment dans une civilisation où tout passe par un contrat de réciprocité. C’est, je crois, le pire de l’héritage de la marchandisation de tout et de n’importe quoi… Si l’on suit cette logique, même la vie devient une marchandise !

Un enfant qui naît a-t-il, oui ou non droit à la vie ? Que va-t-on lui demander en contrepartie ? Déjà faudrait-il qu’on lui ait demandé s’il voulait naître, cet enfant ! Et encore, faudrait-il lui décrire l’objet du contrat de vie… et qu’il puisse en « consommateur responsable » décider si les contreparties de sa vie en valent la peine… Mais je soupçonne que peu d’entre nous ont vraiment eux ce choix. En tout cas, je n’ai rien signé, moi !

Quand au fait qu’ « il y en a qui bossent pour moi », je crois que là on décroche le pompon ! Qui sur cette planète pourra rembourser au soleil les photons qu’il nous a livré gratuitement depuis plusieurs milliards d’années? Et la matière dont on est faits, à qui devrons nous la payer ? Aux galaxies ? À l’univers ? Je suis atterré par un tel mercantilisme. Smith, Keynes, Marx, Gorz, réveillez-vous, ils sont devenus fous !

Mais au-delà de la boutade, allons plus profond. Car cet argument qui nous vient autant de nos amis de droite que de gauche et même écologistes, mérite d’être traité.

Qui peut réclamer en propre la totalité de la part de son travail ? Déjà, le temps et le lieu où nous sommes nés, qui ont créé l’espace de nos opportunités actuelles, comment les revendiquer en propre ? Et la part issue de notre génétique, de notre éducation, des services de la collectivité ? Je ne parle même pas du champ économique dans lequel nous sommes tombés et qui nous permet d’exploiter nos talents pour en faire un prix ou pas ? Combien de générations successives sont mortes pour le constituer ?

Ainsi, il existe un capital humain, dont une partie appartient à chaque citoyen et que personne ne peut réclamer en propre pas même un collectif, fût-il souverain. Ce capital doit être mis à disposition de tous et transmis enrichi aux générations futures pour que justement, assisses sur les épaules des géants qui les ont précédés, « exister » soit pour elles de moins en moins une question de survie mais plutôt une question de plaisir d’être et de choix individuels et collectifs.

Il ne s’agit pas, comme à l’époque de la société de rareté, de voir celui qui ne « travaillait pas » prendre à celui qui « travaillait » car l’ensemble de la production ne suffisait pas à faire vivre tout le monde. Il s’agit ici de revenir à la base, au revenu de base qui permet à chacun d’être en position de choisir.

Bien sûr que nous sommes capables de produire collectivement de quoi maintenir en bonne santé, nourrir, loger, informer, transporter chaque citoyen du monde. Et si nous nous en tenons à notre contrat social lié au bien commun, nous pourrions y arriver avec bien moins d’heures d’activité marchande que celles dont nous avons besoin aujourd’hui. Ainsi rendons à chacun la liberté de choisir son activité, qu’elle soit marchande ou non.  Même ceux qui seraient capables de produire de quoi vivre sobrement ne le peuvent pas car tout me système passe par la monnaie et que pour participer il faut donc forcément vendre une production sur un marché ! Quand sortirons-nous enfin de cette aliénation ?

Quant à cette économie soit disant à deux vitesses, c’est toujours la même histoire. Pour les partisans de la société de la production c’est l’économie qui est la sphère la plus grande. Pour eux, elle  englobe toutes les autres pour le meilleur et surtout pour le pire. Alors que dans la société de l’émancipation, l’économie est l’une des sphères de l’activité humaine. Cette question de deux vitesses n’a donc plus de sens, puisqu’il existe d’autres sphères d’activités non marchandes tout aussi légitimes que la sphère marchande.

Certains préfèrent  encore à ce stade la réduction générale du temps de travail à l’instauration d’un revenu de base. Mais enfin, un être humain peut-il exister en dehors du système marchand, même à temps partiel ? La réponse est oui. Il doit être possible à un humain, doté d’un revenu de base et d’un petit capital pour démarrer sa vie d’adulte de pouvoir parcourir le monde à la recherche d’une activité sans se préoccuper de savoir si ce qu’il va produire sera vendu sur un marché ou non ! Est-ce vraiment si difficile à conceptualiser ?

Cela me fait penser à ces débats sur l’instruction publique où ses opposants lançaient l’argument suivant: « Mais enfin, ils n’ont pas besoin de savoir lire pour tirer du charbon toute leur vie ! ». Non, c’est vrai ! Mais pour exister en tant qu’humain-citoyen c’est tout de même mieux non ?

Et si jamais la production nécessaire à la vie venait à baisser et ne pouvait plus satisfaire les besoins fondamentaux de tous les humains, alors une baisse du revenu de base conduirait à un retour vers les activités marchandes. J’ajouterai pour être complet, que seuls ceux qui n’auraient pas fait le choix de produire par eux mêmes, ou avec d’autres autour d’eux de quoi satisfaire leurs besoins fondamentaux retourneraient « travailler »… ce qui serait déjà un grand pas dans l’émancipation du genre humain !

Objection n°5 : « Les modes de financement sont insensés »

Ah ! Nous voilà arrivés au nerf de la guerre ! Au cœur du cœur ! Nous touchons le Graal ! Comment allons nous « payer tous ces gens à ne rien faire » – Pardon, à faire autre chose qu’échanger en monnaie leur production sur un marché. Vous remarquerez que c’est une question que l’on ne pose jamais aux 200 riches familles qui gagnent autant que 2,2 milliards d’êtres humains !

Mais commençons par le commencement : « Le gouvernement n’arrive déjà pas à boucler un budget structurellement équilibré ». C’est vrai qu’avec près de 2 000 milliards d’intérêts financiers à rembourser, on n’a plus les moyens de rien ! Quand on pense qu’en plus ces intérêts financiers sont issus en très grande partie des crédits octroyés à l’état par des banques privées qui ont « créé » ex nihilo cette monnaie alors que nous aurions pu le faire nous mêmes à taux zéro, il y a de quoi s’énerver, non ?

Sans compter que notre appareil de production local est moribond puisque la quasi-totalité des transactions monétaires, réalisées avec le crédit des ces banques privées, se font sur les marchés financiers spéculatifs, ce qui laisse moins de 2% des transactions en monnaie pour l’économie réelle.

Je pense que les habitants d’un pays comme la Grèce – où les milliards valsent pour les banquiers et investisseurs – auront une tout autre opinion de la « vacuité théorique » du financement d’un revenu de base inconditionnel, égal pour tous et cumulable avec n’importe quel autre revenu.

D’abord, parce que grâce à Marc de Basquiat, nous disposons d’une thèse fouillée et d’une modélisation de notre système fiscal et de redistribution qui nous apporte la preuve que, sans changer le niveau des prélèvements ni baisser les allocations distribuées, nous pouvons donner 400 euros à tous les adultes et 200 euros à tous les enfants sans aucune condition ni contrôle. Cela nous permet ainsi d’instaurer immédiatement et sans trouble ce droit nouveau et, progressivement d’avoir un levier puissant pour passer de la société de production à la société de l’émancipation via un revenu d’autonomie permettant de dire « oui » ou « non » à une activité marchande.

Je ne pense pas que nous confondions les stocks et les flux de monnaies mais je pense en revanche que beaucoup confondent crédit public et épargne privée. La quasi-totalité de la monnaie est aujourd’hui créée par les banques privées au seul usage des grands acteurs privés et publics de l’économie mondiale. Ainsi la monnaie créée de façon concentrée et par le haut pourrait tout aussi bien l’être par le bas via un revenu de base distribué également entre tout les citoyens comme le propose par exemple Yoland Bresson dans la phase de transition de l’instauration du revenu d’existence. Cette nouvelle modalité serait beaucoup plus juste et permettrait ainsi d’irriguer le tissu économique local des petites et moyennes entreprises vers lesquelles ces revenus de base iraient naturellement.

Certains préfèrent la gratuité de certains biens et services fondamentaux à l’instauration d’un revenu de base. Personnellement je ne suis pas pour la gratuité de la production fondamentale de biens, de services et d’informations qui utilisent des ressources rares comme de l’énergie, des matières premières ou du temps de vie humain limité. En effet, la monnaie est une unité de mesure comme le kilogramme, le mètre ou le litre et il est vital de mesurer les flux de ressources rares afin d’en ajuster la consommation, d’en anticiper le renouvellement mais aussi d’en optimiser la production afin d’économiser ces ressources rares.

La trace laissée par le paiement en monnaie d’un bien, d’un service ou d’une information vitale pour le citoyen permet de comptabiliser ses ressources et d’en gérer au mieux l’usage. Le revenu de base permet d’ajuster la quantité de monnaie nécessaire à satisfaire ces besoins fondamentaux tout en assurant une bonne gestion de ces ressources. Le paiement en monnaie de ces biens et services nous permet aussi d’assurer une progressivité de leur tarif en fonction de leur usage fondamental ou existentiel. En revanche, la gratuité devrait être instaurée pour tous les autres biens, services et informations abondants (par exemple les produits numériques issus des nouvelles technologies de l’information).

Il existe en effet d’autres modes de financement plus ou moins « farfelus » mais la proposition de Marc de Basquiat, via une réforme de la fiscalité et de la redistribution, et celle portée par Yoland Bresson, basée sur le crédit bancaire pour compléter le revenu de base, me semblent tout à fait réalistes. Immédiatement appliquées par des hommes politiques volontaristes, capables de dépasser leur propre camp pour préserver notre bien commun et étendre nos libertés individuelles, le revenu de base pourrait être décisif quant à notre cohésion sociale et au développement durable de nos organisations,  tous deux nécessaires aux temps nouveaux.

Objection n°6: « Seul, le revenu de base est inefficace »

Certains voudraient voir un revenu de base « conditionnel » le temps d’un retour au plein emploi. C’est ici que se marque clairement la limite de nos représentations du monde. Pour les partisans d’un revenu de base, l’inconditionnalité est fondamentale. Nous voulons sortir du plein emploi, nous voulons que chaque humain choisisse le chemin de son propre bonheur, que cela passe par une activité marchande ou non. Le retour au plein emploi est une chimère que l’on nous vend depuis la fin de la guerre, et je ne parle même pas de l’arrivée des robots (les vrais) et de la montée des pays émergents.

Nous devons découpler les revenus de l’activité marchande. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui veulent toujours s’occuper à 100% d’activités marchandes ne pourront plus le faire. Bien au contraire, ils pourront le faire avec beaucoup moins de pression du fait d’une demande solvable rétablie, locale et pérenne. Nous disons que nous devons permettre à tous ceux qui veulent exercer d’autres activités que des activités marchandes ou de passer des unes aux autres de le faire en toute liberté.

Si nous devons accompagner le revenu de base d’une série de mesures politiques, il ne s’agira sûrement pas de mesures visant le plein emploi mais de mesures visant au rétablissement de l’autonomie des citoyens. Cela prend tout son sens en particulier au sein de leur commune, seul lieu de vie où ils naissent, vivent et trop souvent encore meurent de ne pouvoir satisfaire leur besoins fondamentaux, soit faute d’appareil de production pouvant les satisfaire durablement, soit à cause de revenus insuffisants et instables n’assurant pas à leur territoire de vie une demande solvable durable.

La réappropriation de la création monétaire par les citoyens, la réintégration dans les prix des externalités destructrices, la notation des organisations en matière de responsabilité sociétale, la relocalisation des productions vitales, la participation directe des citoyens aux décisions liées à la préservation de leur bien commun et à l’extension de leurs libertés individuelles, voilà quelques unes des mesures qui pourraient constituer la boîte à outils dans laquelle le revenu de base trouverait une juste place.

Objection n°7: « Cette mesure n’est pas assez radicale »

Ceux qui pensent que nous n’obtiendrons pas l’assentiment de la société pourraient avec profit relire l’histoire des grandes avancées humaines pour se rendre compte que la plupart ont été d’abord demandées, formulées et défendues par une minorité. Qui se souvient de ces compagnons qui mettaient un douzième de leur salaire dans une casserole pour ensuite la porter à la famille d’un ouvrier malade ? Oui, cette casserole et ces compagnons sont les ancêtres de notre système de protection sociale ! Etaient ils si nombreux que cela ? Qui les soutenait à l’époque ? Sûrement pas une majorité ! Et qui se souvient de ces premiers syndicalistes qui, dans la forêt au coin d’un feu, préparaient au péril de leur vie, la façon de bloquer leur usine pour un surcroît de salaire nécessaire à la survie de leurs enfants ? Étaient-ils majoritaires ? Et combien soutenaient ceux qui défendaient l’esclavage, fondement de l’économie d’une époque révolue ? L’argument qui constituerait à nier notre cause par le fait que la majorité ne la soutiendra pas, est au pire simpliste et au mieux un aveu d’adhésion inhibé par un fatalisme passif !

Dire de ceux qui toucheraient un revenu de base qu’ils seraient des « mineurs à vie », dépendant de ceux qui travaillent et produisent dans le secteur marchand, c’est ne prendre de l’abeille que son miel et oublier toutes celles qui pollinisent les fleurs. C’est oublier tous les actes gratuits que s’échangent les humains, les animaux, les plantes et même les êtres rayonnants comme le Soleil pour que nos échanges marchands puissent avoir lieu. C’est penser enfin qu’il suffit de toucher un chèque pour que tout soit payé, étymologiquement « pacifié »… Non, tout ne se résume pas à un acte d’achat et de vente et ceux qui le pensent verront bientôt qu’ils sont très loin du compte !

Bien sûr, chacun a besoin de reconnaissance, de trouver sa place. Mais cela est tout à fait possible dans une activité non marchande. Pourquoi cela devrait-il se finir par un chèque ? N’y aurait-il donc aucune valeur en ce monde qui soit mesurable autrement qu’en monnaie ? Bien sûr que si ! Le revenu de base permettra de démultiplier les moyens de reconnaissance au-delà de la seule monnaie distribuée par la société marchande.

Quant au montant insuffisant du revenu de base pour satisfaire les besoins fondamentaux des citoyens, qui ferait que du coup nous ne devrions pas le mettre en place, c’est sans compter tous les petits pas qu’ont réalisé nos aînés pour passer de la barbarie à une société quand même plus humaine dans nos social-démocraties. N’aurions-nous pas dû voter la semaine de 40 heures, les 15 jours de congés payés et tant d’autres mesures sous le prétexte qu’elles n’étaient pas à la hauteur ? Bien sûr que si ! Le revenu de base dans sa forme minimale est la naissance d’un nouveau droit. Nouveau droit que nous sommes nombreux à vouloir le plus rapidement porter à un revenu d’autonomie suffisant permettant de dire « oui » ou « non »  à une activité marchande et donc de pouvoir choisir enfin une activité pour d’autres raisons que recevoir un simple revenu en monnaie.

D’ailleurs, on nous oppose souvent le ‘salaire à vie’ proposé par Bernard Friot. Le salaire à vie indique bien que cette mesure est une mesure de la société de production. Bien sûr, c’est mieux que ce qui existe mais encore une fois, il dépend d’une formation, elle-même liée à un emploi, lui-même lié à l’appareil de production. Nous restons donc prisonniers de la vision préhistorique d’un humain condamné à une vie de production. Cette vision, même avec un salaire a vie, est trop étroite pour un être humain. Le revenu de base est alloué à tout être humain dès sa naissance non pas pour qu’il existe mais parce qu‘il existe. Un être humain a de la valeur avant même d’échanger quoi que se soit, et c’est pour cela que nous lui donnons ce droit nouveau : celui de pouvoir trouver cette valeur par lui-même et de nous la révéler s’il le souhaite.

La roue de secours pour les classes dirigeantes que serait un trop faible revenu de base est une roue qui pourrait tourner rapidement en (r)évolution !  En effet, il ne tient qu’à nous d’impulser une dynamique civile forte pour que le revenu de base devienne le plus rapidement possible un revenu d’autonomie. Nous ne sommes pas si minoritaires que cela, ni enfermés dans une caste, une classe sociale ou un groupe particulier. C’est d’ailleurs ce qui fait l’universalité de notre combat. Cette roue que nous formons repose sur un moyeu puissant : donner à chacun de quoi expérimenter le chemin de son propre bonheur tout en préservant le bien commun et en étendant nos libertés individuelles.

Je ne me permettrai pas de donner de bonnes ou de mauvaises notes aux détracteurs du revenu de base. Je suis un simple citoyen. Mais en tant que citoyen, je dirai que nos détracteurs sont souvent ceux qui ne veulent pas finalement sortir de cette société de production. Ils souhaitent plutôt l’aménager, changer ceux qui sont au pouvoir pour qu’ils soient plus favorables à telle ou telle partie prenante proche d’eux. Je les comprends et me battrai s’il le faut pour qu’ils puissent exprimer leur point de vue mais cela ne sera pas suffisant pour refaire société entre nous tous et dégager un nouveau contrat social pour le XXIème siècle.

Pour ma part, je vois le revenu de base comme un bâton de marche, qui nous conduit vers une société de l’émancipation. Je crois que nous sommes de plus en plus nombreux à le penser. Je crois que nous sommes très divers, répartis dans tous les camps de la société de production où des humains font le constat qu’il nous faut passer à autre chose. Quelque chose de plus universel, de plus humain, de plus sensible, de plus respectueux des formes de vie avec lesquelles nous partageons cette planète.

Je pense que nous formons pour l’instant une minorité mais une minorité agissante. Une minorité qui montre une direction, une minorité qui, comme le levain dans la pâte, pourrait bien soulever, une fois de plus, le voile qui recouvre le rêve éternel d’une humanité enfin libre et fraternelle.


Illustrations PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification Taylor Dawn Fortune PaternitéPartage selon les Conditions Initiales timsackton Paternité meddygarnet PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales jenswedin

  • Share on Tumblr
Frédéric Bosqué

À propos de l'auteur : Frédéric Bosqué

Cofondateur du réseau www.katao.fr, un réseau de distribution de produits prioritairement locaux sinon équitables toujours écologique autour d’un logiciel libre, je suis aussi délégué national du mouvement Sol, initié par Patrick Viveret, diffusant une monnaie citoyenne en usage dans plusieurs villes de France et coordonne l’instauration du sol-violette pour la Ville de Toulouse ( www.sol-violette.fr). Je suis à l'initiative de plusieurs groupes pour l’instauration d’un revenu d’existence, Antenne locales de l’A.I.R.E de Yoland Bresson. Je suis enfin gérant, dans le Tarn & Garonne d’une entreprise adaptée en coopérative d’une cinquantaine de personnes et l'auteur d'un livre essai d'économie-politique "Alternatives Humanistes, Ensemble vers l'Autonomie." www.alternativeshumanistes.info

Articles Similaires

33 commentaires

  • Galuel

    Sep 18, 2012

    Reply

    Excellente réponse !

  • Alex Kaisin de Monge

    Sep 19, 2012

    Reply

    Remarquable et enthousiasement. La synthèse et la démonstration sont imparables.

  • sglsgl

    Sep 19, 2012

    Reply

    Ce texte est une synthèse chaleureuse des motivations et aspirations des promoteurs du revenu de base.
    Mais ce n’est pas une démonstration imparable pour les électeurs du centre gauche au pouvoir.

    {Si nous devons accompagner le revenu de base d’une série de mesures politiques, il ne s’agira sûrement pas de mesures visant le plein emploi mais de mesures visant au rétablissement de l’autonomie des citoyens.}

    Exactement le contraire sera utile. Ma reformulation :
     » Comme la préoccupation majeure des français est le chômage, il sera judicieux de présenter l’instauration d'{?nom tactique à inventer} comme un des nouveaux mécanismes de vraie création d’emplois supplémentaires durables, dont ont été incapables, depuis des décennies, les méthodes de l’économie qui nous a mis en crise…  »

    L’auteur, champion d’activités à mains nues, réalisables tant au Sahel qu’aux iles Marquises qu’à Paris, oublie que pour disposer d’un revenu français il est nécessaire que ce qui est produit soit « aidé » par un capital moyen de plus de 100k€.

    Oui on peut déclamer de la poésie partout mais cela ne nourrit pas complètement les hommes.
    Sans capital productif, sans organisation sophistiquée ni spécialisations et échanges à grande échelle, la production est immatérielle ou de niveau pré-industriel. Le contraire de ce à quoi aspirent les français moyens. L’autonomie ? fera à juste raison peur à une majorité d’électeurs.

    • Frédéric Bosqué

      Sep 19, 2012

      Reply

      Je suis chef d’entreprise et poête à mes heures, je ne vois pas pourquoi j’opposerai l’un a l’autre ! Je suis membre du Centre des Jeunes Dirigeants (www.cjd.net). Nous sommes 3500 « poêtes » entrepreneurs, qui dirigeons dans nos entreprises des milliers de salariés et gérons des millions de budget lié à de des délais, des couts, des contraintes, des limites et des plans d’actions… Pourtant, le CJD a proposé dans son projet OÏKOS, douze propositions pour transformer en profondeur notre économie en tête de laquelle se trouve l’allocation universelle… Déconnecter une partie des revenus de l’activité marchande est une nécessité sociale, libérale et écologique.

      Le plein emploi est non seulement une chimère mais un suicide collectif. Ce n’est pas l’emploi qui se partage mais la richesse. Tous les chefs d’entreprises vous le diront. Il n’y a que ceux qui n’ont jamais mis le pied dans une entreprise qui le pense. Les Français ne veulent pas un emploi mais une activité et un revenu suffisant pour expérimenter le chemin de leur propre bonheur.Que cette activité soit marchande ou non ce n’est pas un problème pour eux.

      Nous ne sommes plus dans une société de production mais de distribution. Ce n’est pas produire qui pose un problème mais distribuer ce que l’on a produit a condition de revenir à la base de l’entreprise qui est de produire ce dont la population a besoin et non de formater la population a consommé ce que l’on produit.

      Cette question de capital monétaire initial n’a pas de sens à l’heure ou nla monnaie n’est plus produite à partir d’une matière première rare mais sur la capcité de production durable de la nation. Qui peut aujourd’hui dire que nous ne pouvons pas produire ce dont les gens ont besoin ? Personne à peut ceux qui veulent nous faire croire que nous sommes toujours dans une société de la rareté et profiter de notre ignorance pour vivre de cette rareté entretenue artificiellement pour faire monter ou descendre des prix aux détriments des humains et de la nature.

      Le revenu de base est la pour apporter de la clarté. Ce qui produisent pourront rencontrer ce qui ont des besoins et donc leur mérite sera toujours reconnu.Seuls ceux qui vivent de l’argent pour de l’argent seront contrariés de le voir en suffisance dans l’économie via le revenu de base.

  • Angela

    Sep 19, 2012

    Reply

    « Il est évident que le temps passé au travail individuel pour survivre n’a cessé de baisser depuis la taille du premier silex. »

    C’est en fait si peu évident que ce temps a très probablement augmenté lors de la transition entre la chasse-cueillette et l’agriculture. Faites attention aux arguments trop faciles.

    (Si certains se demandent « mais alors pourquoi auraient-ils fait cette transition malgré cet inconvénient ? », simple : la chasse-cueillette permet de nourrir une bien moins grande densité de population et ne convenait plus à une population en expansion.)

    • Frédéric Bosqué

      Sep 19, 2012

      Reply

      Il suffit de se rendre, en hivers, tout nu dans une Forêt de France, et de mesurer le temps passé à essayer de survivre pour mesurer l’effet de la productivité sur le temps libre depuis les chasseurs cueilleurs, et de se rendre dans une ferme, dont l’activité n’est entretenu que par l’énergie humaine et animale pour mesurer l’effet de la productivité sur le temps libre des éleveurs/cueilleurs.

  • Armand

    Sep 19, 2012

    Reply

    Une question à laquelle les partisans du revenu de base ne réponde,t hélas jamais, c’est celle de la baisse des revenus pour une partie de la population. Ça ne vous aura peut-être pas échappé que 400 euros, c’est moins que le RSA. Et vous n’avez peut-être pas réfléchi au fait qu’au RSA s’ajoutent des prestations dites connexes, supprimées et c’est bien logique dans le cadre du revenu de base.

    Concrètement et pour ne prendre que mon exemple, c’est 382 euros que je perdrai chaque mois si mon revenu (de base, donc), passait à 400 euros – vu que je perçois le RSA et l’allocation logement. Et encore je ne parle pas d’autres prestation comme le tarif réduit dans les transports, les activités culturelles et de loisir, etc. Pour les familles, il y a les tarifs de la cantine, de la crèche, de la garderie, des colonies de vacances, et autres.

    Bizarrement, chaque fois que je pose cette question précise dans les forums consacré au revenu de base, je sens une très grande gêne et je n’obtiens que des réponses dilatoires : il est évident que vous ne savez pas, vous autres, ce qu’est de vivre avec le RSA…

    Mais quand même, puisque votre argumentation se veut solide, argumentée et complète, je vous pose la question à vous aussi : quel droit voulez-vous priver les plus pauvres de la moitié de leurs ressources et ainsi les ramener à l’état animal ?

    Précision : je suis *pour* le revenu de base inconditionnel, mais à un niveau décent. 1 500 euros me semble être un minimum.

    • Frédéric Bosqué

      Sep 19, 2012

      Reply

      Il n’y aura pas de baisse de revenu des citoyens dans le cas de l’instauration d’une revenu de base dans sa phase initiale. Tous les revenus d’activités marchandes ou de redistribution supérieurs au montant de revenu de base initial viendront s’ajouter lui. Nous ne pouvons augmenter quelque chose qu’une fois cette chose existante. C’est le même principe avec les congés payés et la semaine des 40h …

      Qui l’aurait voté si nous avions demandé 5 semaines de congés payés et 35 heures !? personnes.

      Faisons déjà un pas vers l’instauration de ce nouveau droit sans baisse des revenus d’activité et de redistribution et sans hausse d’impôt, puis ensuite faisons progresser le revenu de base jusqu’à un revenu d’autonomie que je situe mois aussi autour de ce montant.

  • Armand

    Sep 19, 2012

    Reply

    Ah fichtre, j’avais oublié la CMU… Parce que forcément et très logiquement, la CMU saute. Notez que ce n’est pas très grave qu’on ne soit pas soignés si on est malade, puisque avec 400 euros seulement il ne nous reste plus qu’à mourir de faim !

  • Stanislas Jourdan

    Sep 19, 2012

    Reply

    @Armand : Quite à vous contredire, cette question n’est aucunement évitée. On y répond même très souvent dans les commentaires sur ce site ou ailleurs… Et je le refais avec joie :

    * 400 euros n’est que la proposition de certains défenseurs du revenu de base. Ce n’est pas une proposition unanime
    * Cette proposition de Marc de Basquiat ne touche pas aux allocations logement ni chômage ni pensions de retraite, ni à la sécurité sociale
    * Cette proposition est parfaitement modulable puisque repose en partie sur le principe de la flat tax: il suffit donc d’élever le montant de la taxation de 20% à 25% (par exemple) pour augmenter le montant du revenu de base.
    * 1500 euros ça a l’air beau, mais il faut bien voir que pour financer un tel montant il faut largement augmenter les impôts. Donc au final en net, si pour donner 1500 il faut taxer à 50% sur une large assiette, ça veut dire qu’ensuite on a plus que 750 euros. Tout de suite, ça fait moins rêver…

    C’est dommage ces fixettes sur le montant du revenu de base, car celui ci ne veut rien dire si on ne précise pas pas de quelle réforme fiscale cette mesure est accompagnée. De même pour les droits annexes que vous évoquez. (il faut à mon sens tendre vers davantage de gratuité des services publics – mais pour tous, pas que pour les « chomeurs »).

  • Sudoku

    Sep 19, 2012

    Reply

    Le revenu de base universel et inconditionnel, comme/en place de/et mieux que l’allocation chômage, n’améliorerait-il pas radicalement le rapport de force individuel et global
    de tous les producteurs vs capitalistes et donc ne devrait-il pas être soutenu comme tel par les syndicats?
    Le chômage de masse ruine le rapport de force parce que les privés d’emplois (on devrait dire privés de salaire/revenu du travail) sont mis dans la mouise pour servir d’exemple (d’épouvantail) et intimider/menacer/concurrencer les pourvus provisoirement d’emploi.
    Il faudrait que le coût du travail aliéné augmente et celui du travail libre baisse.
    Que la sortie (ou non) du salariat soit libre et non imposée comme actuellement à des millions.

  • Armand

    Sep 19, 2012

    Reply

    Je vois… C’est toujours les mêmes réponses dilatoires, venant des mêmes personnes (sociologiquement parlant), celles qui n’ont jamais eu faim et se croient à l’abri. Pourriez-vous nous préciser quels sont vos revenus, qu’on mesure à leur juste aune vos intéressants propos ?

    Je me demande parfois si vous autres êtes fous, idiots ou si vous n’agitez des idées que pour le seul plaisir de les agiter… Ne comprenez-vous pas que si un revenu de base entraîne un appauvrissement supplémentaire de la partie la plus pauvre de la population, appauvrissement augmenté de surcroît par le financement le plus injuste qui soit, vous serez les premiers à être fusillés dans l’inévitable guerre civile qui suivra ?

    • Stanislas Jourdan

      Sep 19, 2012

      Reply

      Je ne sais pas si je suis idiot ou fou, en revanche je sais que mes revenus sont limités à l’heure actuelle (voire nuls, moins de 25 ans, pas le droit d’être pauvre au RSA), en partie pour défendre cette idée (j’ai néanmoins la chance d’avoir une famille qui peut m’aider, je ne nie pas la chance que j’ai).

      Mais ce que je sais surtout, c’est que je préfère de loin répondre à des commentaires argumentés. Contrairement à votre précedent commentaire.

    • Frédéric Bosqué

      Sep 19, 2012

      Reply

      Je ne vois pas d’où est ce que vous déduisez que l’instauration d’un revenu de base appauvrira les plus pauvres !

      Dans sa phase initiale, phase d’instauration, nous pratiquons la « révolution immobile » à savoir NI AUGMENTATION DES IMPOTS NI DIMINUTION DES ALLOCATIONS APRES L INSTAURATION DU REVENU DE BASE. Nous faisons apparaître un nouveau revenu qui ne dépend plus de ma participation individuelles à la production. C’est tout. Puis ensuite, notre objectif est de l’augmenter pour atteindre un niveau suffisant pour dire « oui » ou « non » a une activité marchande.

      Merci de préciser vos sources pour que nous puissions discuter à partir de faits.

  • Isidore

    Sep 19, 2012

    Reply

    « Il est évident que le temps passé au travail individuel pour survivre n’a cessé de baisser depuis la taille du premier silex. »

    D’accord avec Angela, c’est une idée reçue assez constestée.

    Voir par exemple, le livre « Age de pierre, âge d’abondance »
    de l’antropologue Marshall Sahlins. Selon lui, un chasseur cueilleur
    ne passe que 2 heures par jour pour sa survie et l’agriculture au
    neolithique a entrainé un surcroit de travail.

    Article très intéressant par ailleurs.

  • YH

    Sep 20, 2012

    Reply

    J’avais tiqué sur le coup du temps de « travail » à « l’âge de pierre » mais je vois que d’aucuns ont fait des remarques qui vont dans le sens de ce que je pensais. Cependant ce n’est pas le tout de l’histoire.

    Il y a eu une volonté féroce d’imposer un temps de travail plus long dans les temps historiques. Je ne donne que quelques exemples parce que je les ai croisés. Peut-être existe-t-il une étude globale mais je n’en ai pas connaissance.

    1/ À Provins, en Seine-et-Marne, en 1281, le maire, Guillaume Pentecôte veut allonger d’une heure la journée de travail. S’ensuit une révolte au cours de laquelle il trouve la mort. Le comte de Champagne devra envoyer ses troupes pour « rétablir l’ordre ».

    2/ On apprend dans un des ouvrages sur l’histoire de l’imprimerie (de Martin Lyons ?) (désolé de n’avoir pas la référence exacte sous la main), à propos des ouvriers typographes au XVIIIe siècle (avant la Révolution) qu’ils avaient pour habitude de travailler pour obtenir assez pour aller « faire la fête » (c’est ainsi que leurs patrons, propriétaires d’imprimerie, en parlent). Il fallait des contrats terribles pour essayer de les conserver au travail.

    3/ Je suis tombé il y a quelque temps sur un site reprenant le témoignage horrifié d’un bourgeois parisien du XIXe, visitant les Landes en hiver et y trouvant des paysans passant leur journée dans l’oisiveté la plus assumée.

    4/ Pour mémoire, le nombre de jours chômés (fêtes religieuses, processions…) dans l’année était assez important pendant une bonne partie du moyen-âge.

    Tout ça pour dire qu’il y aurait avantage à propos de l’argument de la durée du travail d’insister plutôt sur l’aspect historique et récent de son importance et de montrer qu’il n’est en rien naturel.

    Par ailleurs, peut-être faudrait-il envisager globalement le temps contraint par l’activité salariée : si on travaille moins mais que les temps de déplacement dépasse largement la baisse du temps passé sur le lieu de travail, peut-on vraiment parler de baisse du temps contraint ?

    • Frédéric Bosqué

      Sep 20, 2012

      Reply

      Cher(e)s ami(e)s,

      Je crains que nous ne nous comprenions pas sur la hausse de productivité et la baisse des temps contraints. Sans un rappel des notions que j’ai utilisé dans mon article, et dans mon livre (www.alternativeshumanistes.info) nous ne pouvons parvenir à un accord sur cet point.

      – j’appelle temps contraint le temps nécessaire au travail fondamental. L’aspect fondamental d’un travail est le fait que sans lui, la vie est mise ne danger de mort.
      – J’appelle travail le temps passé à produire un bien, un service ou une information satisfaisant un besoin.
      – Contrairement à un manque, qui peut être inconscient et satisfait dans l’instant sans effort particulier via le travail de mon corps sur lui même ( transformer des graisses en sucres par exemple) ou via mon environnement (respirer par exemple), j’appelle besoin, un manque conscient, persistant et demandant du temps et un effort particulier.

      Quand je parle de la baisse des temps contraints via la productivité, je parle donc du temps passé collectivement à assumer le travail fondamental et donc à produire des biens, services et informations nécessaire à la vie. Si pour des raisons de domination une partie du corps social s’approprier ce temps libéré ( d’ou son nom pour moi de « temps libre ») pour exploiter l’autre partie, ou si ce temps est investi dans un travail existentiel ( non nécessaire à la vie) par choix ou compulsion, cela ne change rien au fait que collectivement le bien commun est assuré avec moins de temps contraint.

      C’est l’usage du temps libre libéré par la productivité au détriment du temps contraint que le revenu de base met sur la table de la république en disant que, nous avons les moyens aujourd’hui de produire ce qui est nécessaire à la vie avec beaucoup moins de temps contraint qu’avant grâce au capital humain que nous avons accumulé depuis des générations et des générations. Ce temps libre doit être rendu à chaque citoyen via un revenu de base. A chacun ensuite de choisir ce qu’il veut en faire : activité marchande, non marchande, un mix entre les deux.

      Si jamais, la production des biens, services ou informations nécessaires à la vie venait à nouveau a à baisser, alors seulement le contrat social nous inviterait à retourner au travail contraint.

  • fauché

    Sep 20, 2012

    Reply

    Je suis d’accord avec Armand, avec un montant de 400€, c’est supra merdique, et effectivement une mesure qui va avantager les employeurs, que vous appelez de façon parfaitement irénique (pacifiée) des « citoyens ».
    Lire des trucs comme « les électeurs du centre ont le pouvoir » suffit d’ailleurs à disqualifier le propos. Dans nos démocraties représentatives, il n’y a pas de pouvoir des électeurs, il y a la domination dune oligarchie. On veut nous faire croire que les congés payés, ou la RTT sont le résultat d’un vote, c’est une négation de l’histoire et des conflits sociaux dont elle résulte. Rappel la limitation de la journée de travail a été un axe de lutte constitutif de feu le mouvement ouvrier et a occasionné d’innombrables grèves et bon nombre de massacres d’ouvriers par la police, etc. On a pas affaire à une idée qui serait concrétisée parce qu’une majorité en déciderait pacifiquement au vu de son bon sens. Ceux qui font mine de croire que c’est comme ça que ça marche se foutent du monde.

    beaucoup d’argent parce que je suis nombreux
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4439

  • Pradalier Nicole

    Sep 20, 2012

    Reply

    Merci Frédéric pour tes explications circonstanciées et bravo pour leur clarté de même que pour la patience que tu mets à répondre aux contradicteurs-trices qui s’accrochent au formatage historique (j’appelle de tous mes voeux le temps où il pourra être nommé formatage « préhistorique »).
    Quant à l’agressivité de certains commentaires, elle donne l’envergure du champ de la révolution.
    Droite-gauche c’était la bonne façon de marcher sur la tête. C’est sûr que pour retomber sur ses pieds il faut libérer ses neurones d’abord.
    Et j’en profite aussi pour te remercier de la démarche sol violette.
    Moi qui viens d’une enfance, adolescence et jeunesse vécues dans la douleur du manque pécuniaire, j’avais fait un premier pas dans ma libération à l’arrivée de l’euro en 2002 où je découvrais une monnaie neuve, non salie par la sueur, les crachats, l’urine, la morve ou le sperme… une monnaie qui me permettait de retrouver des gestes d’enfant à déchiffrer le papier à l’âge où, enfin adulte, je pouvais penser la maîtrise de son utilisation, je viens de découvrir que j’avais encore à me débarrasser du sacré que représentait encore l’argent pour moi. Je viens de le réaliser en découvrant l’allègement ressenti après que Anne de Folle saison m’ait proposer de nantir mes euros. Cet allègement c’était celui du poids que je portais hier encore, sans m’en rendre compte, de ce sacré que représentait l’argent parce que si durement acquis, cause de souffrance des deux vies de mes parents et de la moitié de la mienne. Ouf! poser son bagage, ça fait du bien ! merci à toi d’en avoir été un des artisans, mais je sais aussi que je le dois à mon inconditionnalité pour la liberté.
    Je souhaite à toutes les personnes qui passeront pour te lire de connaître un jour cet allègement de dépôt de bagage, pour vivre enfin… Descendre du train pour construire l’avenir de son choix dans le respect de l’autre, toujours.

  • AYIN BEOTHY

    Sep 21, 2012

    Reply

    Merci pour ce bel article, plein de réflexion, cad d’une réalité pensée, réfléchie.
    Pour moi, la nature humaine, c’est la culture. La nature donne au bébé l’air pour respirer et le sein de sa mère pour se nourrir. Dès lors que la culture humaine invente l’écriture pour faciliter et accélérer la communication, on apprend à lire et écrire aux enfants. Quand la culture invente l’argent pour faciliter les échanges, le revenu d’existence devient logique et culturel.
    Et ses 2 caractéristiques, inconditionnel et pour tous, économisent le flicage et obligent les humains payés pour fliquer à faire autre chose.
    Le danger principal, ce sont les mentalités, les routines, la paresse d’esprit.
    Il y a 3500 ans, dans une région où l’esclavage était la règle, le Deutéronome a institué sa suppression : au bout de 6 ans, chaque esclave était libéré. L’empire romain se basait sur l’esclavage et les conquêtes pour multiplier la ressource en esclaves : il a détruit l’ancien Israël, et les esclavagistes tentent de détruire le nouveau. Les Gaulois avaient inventé des machines pour faciliter l’agriculture : une fois romanisés, ils les ont abandonnées, les esclaves étaient moins chers (cf Régine Pernoud).
    Nos sociétés sont assez riches, nos pères et mères ont accumulé assez de travail, on est sorti de l’économie de la rareté : je vous remercie de chiffrer ce qui est possible pour changer les mentalités et faire passer l’abondance dans les faits.

  • brunocanton

    Sep 21, 2012

    Reply

    Encore une fois un article intéressant mais dont le propos se noie sous un verbiage inutile avant d’en arriver réellement au coeur du sujet. Il aura fallut passer beaucoup de digressions avant de s’attacher à de l’infos pertinente. N’oubliez pas d’être un temps soit peu accessible cela fait partie aussi du rôle de l’interlocuteur de savoir se rendre compréhensible

  • Précaire

    Sep 23, 2012

    Reply

    J’ai l’impression que la proposition bien intentionnée noie le poisson… Pendant ce temps, dans la vraie vie :
    en Ariège, le conseil général socialiste supprime le RSA à des centaines de personnes, et le revendique
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6332

  • Epsilone

    Oct 04, 2012

    Reply

    « En effet, la monnaie est une unité de mesure comme le kilogramme, le mètre ou le litre et il est vital de mesurer les flux de ressources rares afin d’en ajuster la consommation, d’en anticiper le renouvellement mais aussi d’en optimiser la production afin d’économiser ces ressources rares. »
    Oui là on approche de ce qui me chiffonne sur le revenu de base. Mon problème là dedans c’est la transition… (La fameuse transition…) Parce que j’ai l’impression que certaines personnes ont un comportement « responsable » par contrainte, mais que sinon elles sur-consommeraient des énergies non renouvelables sans s’en préoccuper.
    Exemple : Un-e étudiant-e en apprentissage qui gagne environ 600€/mois. Il – elle dépense donc en alcool+clopes+essence pour sa voiture environ 600€ par mois. Il – elle avait des économies… Qu’il – elle a dû dépenser pour racheter sa voiture et rembourser ce qu’il – elle avait détruit lors de divers accidents, ou pour acheter une moto…Ou pour aller au 24heures du Mans Moto… Ou autres activités de ce genre.
    DU COUP s’il – elle aurait pu économiser davantage pendant son « enfance », j’ai fort à penser qu’il – elle aurait utilisé de la même façon ce supplément d’argent. En soi, ce n’est pas ça précisément qui me pose problème, il – elle dépense là où bon lui semble. Mais ce qui me fait douter sur cette histoire, c’est la capacité de la Planète Terre à supporter autant de comportements de ce type. Je sais que ça peut paraître vraiment « débile » comme argument ou de mauvaise foi… Mais vraiment je me pose la question de la « tolérance » que peut avoir la planète à une multiplication, même sur une courte durée, de comportements très consommateurs en énergies non renouvelables…
    Est-ce que les travaux que vous avez cité parlent de cette possibilité ? Est-ce que cette inquiétude que j’ai est effectivement très infondée et peut juste servir à cacher une certaine forme de peur à un vrai changement… ?

    • Stanislas Jourdan

      Oct 06, 2012

      Reply

      @Epsilone: d’où l’approche présentée dans cet article

      Qui consisterait à augmenter le coût de l’énergie en contrepartie du revenu de base, dissuadant ainsi la surconsommation d’énergie tout en luttant contre la précarité énergétique.

  • Reply

    […] « Le revenu de base fait peur à gauche », tel est le titre d’un article paru samedi sur le site Slate.fr http://www.slate.fr/story/61823/revenu-base-gauche-peur ; sous la plume d’Emmanuel Daniel.   Frédéric Bosqué lui répond point par point, et démontre le bien-fondé du revenu de base.   Le point commun qui unit une large majorité de ces groupes est qu’elles réduisent les humains à n’être que la prothèse d’une activité de production marchande. Elles font d’ailleurs de même avec la nature et la plupart de ses formes de vie en les réduisant à un support jetable ou renouvelable pour alimenter en matière première ce vaisseau devenu fou, sans cap et sans pilote.Car, si le revenu de base fait débat auprès de toutes les parties prenantes de la société de production, c’est justement qu’il en annonce la fin.     http://revenudebase.info/2012/09/revenu-de-base-meme-pas-peur/  […]

  • basiclab

    Nov 28, 2012

    Reply

    Il faudrait au moins remarquer que certaines propositions venant du coté néo-liberales ne répondent pas aux objections de slate. En efffet il y en a qui ne visent plutot une réduction du cout de main d’oeuvre, en remplacant tous les avantages sociales actuelles (par solidarité en prenant par dans la societe de production) par fiscalité. Toutes les versions qui seraient financé par la tva , qui prétendent qu’il n’y a plus de travail disponible, qui reduiraient les droits de solidarité par le trav

  • basiclab

    Nov 28, 2012

    Reply

    Il faudrait au moins remarquer que certaines propositions venant du coté néo-liberales ne répondent vraiment pas aux objections de slate. En efffet il y en a qui ne visent plutot une réduction du cout de main d’oeuvre, en remplacant tous les avantages sociales actuelles (par solidarité en prenant par dans la societe de production) par fiscalité. Toutes les versions qui seraient financé par la tva , qui prétendent qu’il n’y a plus de travail disponible, qui reduiraient les droits de solidarité par le travail sont plutot neo-liberales, mais on peut s’imaginer des autres versions, de gauche ou écologiques: financé par ex. par les sources non-renouvelables, facilitant le travail écologique ou non-marchande….

  • juillard

    Nov 28, 2012

    Reply

    après avoir étudié la question je suis arrivé à peu près aux mêmes conclusions,le revenu de base mis en place au niveau du smic est une nécessité pour dans un premier temps remettre un peu d’ordre dans le marché du travail ou l’offre est devenue misérable et la demande gigantesque d’ou ce dysfonctionnement qui pénalise surtout les classes moyennes et populaires, le travail que certains idéalisent n’est plus payé; la valeur ajoutée est accaparée par une minorité du fait de l’hyperconcentration capitaliste la plupart des employés salariés ne sont que des variables d’ajustement et comme le souligne l’auteur c’est une cruelle ironie de l’histoire que de constater que l’émancipation des salariés prolétaires n’est même plus revendiquée par la gauche qui en avait fait son cheval de bataille pendant toute la deuxième moitié du XIX siecle !!!!ce système marchand ne peut pas être l’alpha et l’oméga de nos vies et l’horizon indépassable de nos cheminements retrouver l’harmonie et le plaisir du vivre ensemble doivent redevenir de vraies valeurs et c’est pour ces raisons que j’adhère totalement à ce concept du revenu universel de base.

  • Edwige Devilebichot

    Nov 28, 2012

    Reply

    Lorsque j’ai découvert le film sur le revenu de base il y a quelques semaines, c’est comme si une chape de plomb se soulevait. La question soulevée par Armand sur le montant de ce revenu, même si elle l’est peut-être avec trop d’amertume (à la mesure de sa souffrance probablement ?) me semble tout à fait pertinente ? Il m’avait pourtant semblé comprendre que financièrement il était possible de l’établir ? Si ce montant est trop bas, c’est toute la démonstration qui n’a plus de sens ? Quant à la faire démarrer « timidement », n’est-ce pas illusoire de penser la voir ensuite remonter ?

  • sglsgl

    Nov 29, 2012

    Reply

    Deux mois après, je relis le texte et les commentaires.

    Je ne trouve tjrs pas que ces arguments répondent aux croyances-convictions de la classe moyenne, qui actuellement, dans le système politique français, est au pouvoir : si cette classe moyenne, fonctionnaires surabondants compris, n’est pas du tout convaincue et même opposée au revenu de base, les députés et le gouvernement ne la regarderont pas, ce qui nous fait des années d’attente.

    Dans la phase initiale de mise en route du revenu de base, le marché du travail, les entreprises et la production globale seront chahutés, ce qui augmente les raisons pour les opposants à reporter aux calendes … un tel test.
    Il y a des hypothèses positives comme le fait que les entreprises recourant aux smicards (le SMIC doit être maintenu pour éviter que cela soient les employeurs qui empochent le revenu de base de salariés acceptant des salaires plus bas) verraient une partie non négligeable de leurs effectifs vouloir travailler moins, ce qui offriraient des postes à certains chômeurs plus indemnisés, dont Armand, pour compléter leur revenu de base.

    Mais les hypothèses tant positives que négatives ne sont pas encore quantifiées et le choc sur la production nette disponible pourrait être négatif, ce que le gouvernement ne peut accepter, et ne prendra pas le risque de risquer.

    Il manque donc du travail économique pour évaluer et documenter les conséquences économiques du revenu de base, non pas par de la pensée volontaire (wishfull thinking) mais par des vraies études économiques sur la base de sondages représentatifs par rapport aux comportements envisageables des acteurs de l’économie.

    Perso, intuitivement, je pense, qu’avec les bonnes mesures d’accompagnement, le revenu de base, sera un facteur de croissance économique, et donc désirable par presque tous. Cette voie me semble bien plus efficace pour convaincre les opposants, socialistes ou pas, pour l’instant majoritaires dans ce pays, que les envolées lyriques. Qui ne « marchent » que sur notre minorité.

  • Garnero

    Dec 02, 2012

    Reply

    Bonjour,

    Le chemin d’Existence m’a fait rencontrer des êtres auto-convaincus par ce « revenu de base Universel » et j’ai reçu ce lien dans ma messagerie, sans doute pour que je puisse découvrir ce qui se dit à ce sujet.
    Tout d’abord, j’y découvre une vraie conviction, une envie certaine de convaincre le plus grand nombre par cette vision des choses et le texte que je viens de lire entièrement témoigne au moins d’une volonté, d’un travail et à ce titre, l’auteur mérite au moins le respect pour ce Temps consacré.

    Sur le « fond des choses », au moment où je vous réponds, il neige, il fait froid et je songe à toutes celles et ceux qui n’ont pas de quoi se loger dignement,et encore moins de se nourrir suffisamment.
    Je remarque que bon nombre d’internautes, hommes et femmes, ont répondu « pour ou contre » mais aussi, « pour et contre » ce revenu de base.

    A celles et ceux qui pensent que ce revenu puisse faire peur aux dirigeants socialistes, renseignez-vous sur la situation financière de ces « pseudos-socialistes » qui roulent sur l’Or et qui ne manquent de rien, absolument de rien ! Non, il ne risquent pas d’avoir peur, avec une telle idée…

    En revanche, si vous proposez une révision hyper-pointue des grilles de salaires par professions et une refonte hyper-pointue des seuils d’impositions, là ils vont avoir peur…
    Personne n’ose s’attaquer à ces deux « nerfs de la Guerre », ni Droite, ni Gauche, ni Centre, ni Extrêmes et encore moins les « Verts »…
    Les injustices fondamentales qui prédisposent notre Nation à la « Souffrance » sont légions de preuve, au coeur de ces deux grilles,celle des salaires toutes professions confondues et celle de nos impositions, toutes activités confondues.
    Il est triste de constater qu’aucune règle saine et juste n’est à la base de ces deux secteurs essentiels, jamais remis en question avec la Justice comme « marqueur » !

    Il y a quelques mois, j’ai relayé sur Internet, une question posée aux français :  » Trouvez-vous normal que les français qui meurent pour des causes nobles ( comme nos pompiers, nos militaires en opérations par exemple, nos policiers et autres professions, je songe bien entendu, aux professeurs des écoles et à tous corps de Professions qui risquent leur vie pour les autres…) soient rémunérés ainsi au plus bas de l’échelle par rapport à des députés, des sportifs par exemple qui eux, ne risquent jamais leur vie pour les autres…?
    Pour avoir vu des camarades « rentrer entre quatre planches » au seul but de « servir la France » et de voir l’attitude des gouvernants, de nos semblables qui s’en moquent comme de l’An 40, j’ose exprimer ici une honte, celle de constater un récurrent hypnotisme de masse qui se garde bien d’évoquer les vrais sujets, les vraies solutions !!!

    Je travaille depuis l’âge de 15 ans et j’en ai 59 aujourd’hui!
    Pour moi, tout métier mérite salaire et non pas « moquerie ».
    A l ‘heure actuelle,il est inutile de pleurer sur notre triste sort : tout le monde sait que le pouvoir d’achat des français est mort à la naissance de l’Euro, il suffit de faire les vrais constats, pas ceux de l’Insee, ceux de la ménagère ou du père de famille qui doit élever deux ou trois enfants avec un salaire non réévalué depuis plus de dix ans !
    Je n’ose parler des retraités qui, cadres au 20 ème siècle, sont entrain d edevenir « apprentis-pauvres » au 21 ème !
    Nous sommes tous responsables de ce qui est arrivé car nous avons les gouvernants que nous méritons par notre passivité et notre sens de la « dépendance »!
    Alors, ajouter un revenu de base à cet « état d ‘esprit » constructeur de souffrance, ce n’est pas la priorité : il faut d’abord et avant tout, se pencher sur les grilles de salaires et sur le mode fiscal en France !
    Pour cela, il nous faut de nouveaux gouvernants, intelligents certes, rompus aux savoirs spécifiques de la Finance peut-être mais surtout courageux et imprégnés d’une pureté de coeur et d’âme pour faire cesser les abus en France !
    Le revenu inconditionnel de Base ne fera qu’engendrer une apathie grandissante chez nos jeunes qui n’ont pas besoin de cela actuellement.
    Le propre de l ‘Homme, c’est avant tout l’activité : pour que l’Etre Humain soit actif, il lui faut manger et être abrité bien entendu mais s’il n’a pas dans le coeur cette envie d’aller de l’avant,vous pourrez donner tout l’argent de base que vous voulez,l’Esprit lui, n’en sera pas plus heureux…et encore moins prompt à devenir « créatif » !
    Par pitié, cessons de penser ainsi et mettons en place au contraire, une grille de salaires très motivants, graduelle et fiable par profession, afin d’inciter les êtres à « cette activité » qui leur est vitale !
    Je pourrais écrire un livre entier sur ce sujet mais je ne veux pas prendre plus de place dans ce débat afin de laisser le champ libre aux défenseurs de chaque idée… J ‘espère simplement que la Sagesse, la véritable intelligence humaine saura nous rapprocher de ce qui est foncièrement juste, pour que meurt cette apathie nationale de tous niveaux, cet aveuglement collectif qui ruine l’Education de nos jeunes, les prive de perspectives heureuses et dynamiques.

    Que chacun de nous se pose la question : à combien est ce que j’estime par mois la vie d’un homme ou d’une femme qui perd la Vie pour mon Pays, la France ou pour mes semblables ?
    A partir de cette valeur- là, nous pouvons alors échafauder un vrai projet, ce lui d’une grille de salaires motivants, « toutes professions confondues » !

    Mais pardonnez-moi, si nous continuons à discuter sur le sexe des anges, nous pouvons continuer longtemps comme ça, nous ne saurons jamais de quel sexe ils sont !
    Bien cordialement à toutes et à tous,BG

  • sanzu85

    Dec 03, 2012

    Reply

    Je soutiens l’instauration du Revenu de base pour les raisons suivantes:
    Les esprits entreprenants se lanceront d’autant plus nombreux et audacieux qu’ils auront la garantie de ne pas tout perdre s’ils échouent.
    On en finira avec l’indignité de devoir dépendre de la charité publique pour manger
    trouver un toit pour la nuit ou se faire soigner
    Tout salarié disposera d’un moyen efficace pour résister au chantage à l’emploi et je gage que loin de favoriser l’individualisme cette nouvelle donne redonnera un second souffle au syndicalisme actuellement moribond.

  • pierre

    Apr 03, 2014

    Reply

    Si l’on souhaite changer la société en convainquant la majorité des citoyens, pourquoi continuer avec le même système monétaire? Pourquoi ne pas inventer un système totalement nouveau.
    Le problème principal que je trouve à l’allocation universelle est que si le coût de la vie est assuré par l’Etat, qu’est ce qui retiendra la population de faire des enfants en nombre illimité?
    Tout ceci sans prendre en compte les autres impacts potentiellement négatifs pour la société.
    Pourtant je partage le constat de base qui met en abime le fait que la société crée des emplois inutiles à la société de nos jours pour distribuer la richesse, enfermant l’homme inutilement dans le travail.
    Je propose sur mon blog un autre système où l’Etat distribuerait la monnaie gratuitement pour survivre et où l’on travaillerait pour payer un droit à procréer et engendrer de la reconnaissance sociale chrystalisée dans un grade affiché sur ses vêtements. Une société futuriste mais un projet de long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié Les champs obligatoire sont marqué de *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Signez la pétition Avaaz

Déjà signatures

Et vous, qu'attendez-vous ?

Je signe en ligne !

Abonnez vous à notre lettre d’information

* champs requis
Je souhaite recevoir...