Fabien Cothenet, membre du Mouvement Français pour un Revenu de Base, a traduit un article de Tyler Prochazka, initialement paru sur le site du BIEN (Basic Income Earth Network, réseau mondial pour le revenu de base) le 5 novembre 2018.

 

Si, parmi les candidats à la présidence américaine, il en est un qui est tout le contraire de Donald Trump, c’est bien Andrew Yang.

Yang est le fils de parents originaires de Taiwan. Il est titulaire d’un doctorat en droit de l’Université Columbia et d’un diplôme en économie de l’Université Brown. En 2011, Yang a lancé l’organisme à but non lucratif Venture for America afin d’aider les diplômés des universités à entrer en contact avec des startups dans tous les États-Unis.

Yang se lance à présent dans la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle. Ce qui permet à Yang de se démarquer, c’est le fait que sa candidature est en grande partie centrée sur une problématique précise : le revenu de base universel (Universal Basic Income, UBI).

Yang a même la possibilité de faire du revenu de base une problématique centrale de la campagne présidentielle américaine pour la première fois depuis que George McGovern a proposé un programme de revenu de base en tant que candidat démocrate contre Richard Nixon en 1972.

Nixon a attaqué le coût de cette politique du revenu de base de McGovern. McGovern a été forcé d’abandonner l’idée, avant de perdre face à Nixon. Un nouveau chapitre sur le revenu de base dans l’histoire politique américaine est en train de s’écrire, mais il appartient à Yang de prouver qu’il est un homme politique suffisamment avisé pour en changer la fin.

La campagne de Yang tentera de convaincre les électeurs sceptiques par un petit test de revenu de base pour un habitant de l’Iowa et un autre du New Hampshire. Yang a indiqué que son équipe choisit actuellement le bénéficiaire du New Hampshire.

« L’objectif est de démontrer que la vie des gens s’améliore et qu’ils font des choses positives avec mille dollars par mois », a dit Yang.

Lorsque les électeurs ordinaires entendent parler du revenu de base pour la première fois, ils sont sceptiques, a dit Yang.

« Nous sommes programmés pour faire face au manque, particulièrement en ce qui concerne l’argent, et la plupart des gens ont du mal à comprendre que nous puissions fournir un revenu de base à tous les Américains adultes », a déclaré Yang.

M. Yang a déclaré qu’il n’avait pas vu les démocrates traditionnels se tourner vers le revenu de base jusqu’à présent. Certains démocrates ont plutôt adopté l’idée d’un programme de garantie de l’emploi. Selon M. Yang, une garantie d’emploi serait une « mauvaise idée », car les anciens programmes gouvernementaux en ce sens n’ont pas réussi à intégrer les employés au secteur privé.

Son opposition à la garantie d’emploi ne signifie pas que Yang refusera de transiger. Il a déclaré qu’un impôt négatif sur le revenu serait un « pas en avant dans la bonne direction ».

L’impôt négatif sur le revenu fournirait un revenu minimum garanti mais le gouvernement réduirait progressivement l’allocation en fonction des revenus. Le revenu de base universel parviendrait indirectement à cette réduction progressive puisque certains seraient des destinataires nets, tandis que d’autres rembourseraient plus d’impôts qu’ils ne perçoivent du revenu de base. Un impôt négatif sur le revenu « permettrait de changer considérablement la vie de millions d’Américains, et ceci sans délai », a déclaré Yang.

Ceux qui connaissent bien Yang connaissent probablement déjà son point de vue sur le revenu de base. En m’entretenant avec lui, je voulais en savoir plus sur la manière dont il appliquerait cette politique en tant que président.

En ce qui concerne les autres questions de sa campagne, Yang a déclaré qu’il soutenait le contrôle des armes à feu, les énergies renouvelables, une taxe sur le carbone et le droit à l’avortement.

Avant de devenir président, Yang devra cependant faire face à une concurrence importante dans le cadre de la primaire démocrate. Au milieu de combattants aguerris tels que Bernie Sanders et Elizabeth Warren, Yang pourrait se sentir perdu.

Bernie Sanders, qui a flirté avec le revenu de base, a des opinions similaires à celles de Yang. Pour sa part, Yang a déclaré qu’il était sur la même ligne que Sanders sur la plupart des questions de politique, et que certains l’appellent « le jeune Bernie Sanders asiatique ».

Yang a cependant expliqué que la vision de Sanders sur le système économique moderne est « un peu dépassée ».

« (Sanders) pense que si on contraint les entreprises à mieux traiter les travailleurs, le problème sera résolu. Je pense que le lien entre le succès de l’entreprise et les travailleurs a changé fondamentalement et pour toujours. 94 % des nouveaux emplois créés entre 2005 et 2015 étaient des emplois temporaires sous contrat, sans couverture santé », a déclaré Yang.

« La vérité, c’est que les entreprises peuvent désormais se développer et réussir sans embaucher beaucoup de personnes et sans même les traiter convenablement », a-t-il déclaré. « Nous devons donc construire un nouveau contrat social qui ne considère pas que le travail sera toujours ce qu’il a été au cours des dernières décennies. »

Une des critiques faites à Sanders lors de la campagne présidentielle de 2016 était son manque de clarté en matière de politique étrangère. Yang a déclaré avoir un « certain nombre » de conseillers qui contribuent à la mise en place de sa plateforme pour les affaires étrangères.

En ce qui concerne les principes diplomatiques de Yang, celui-ci a déclaré qu’il ferait preuve de « retenue » dans sa politique étrangère.

« Les États-Unis se sont attiré des ennuis en imaginant qu’ils étaient capables de faire des choses dont ils ne sont peut-être pas capables. Nous devons faire preuve de plus de retenue et ne pas succomber aux visions grandioses d’autres sociétés », a dit Yang.

Yang a déclaré auparavant qu’il soutenait les politiques « de statu quo » vis-à-vis de la Chine et de Taiwan, reconnaissant la République populaire de Chine (RPC) comme le représentant légal de la Chine, et la position de la RPC selon laquelle Taiwan fait partie de la Chine.

Yang souligne les relations « extraordinaires » entre les États-Unis et Taiwan, le Japon et la Corée du Sud. Il a déclaré que les États-Unis doivent éviter la dynamique qui veut que la Chine et les États-Unis soient inévitablement en opposition, et que nos relations avec la Chine sont cruciales puisque ce pays est le principal partenaire commercial des États-Unis.

Au sujet de la guerre commerciale avec la Chine, Yang a déclaré que le contexte actuel avec les changements constants des tarifs douaniers a rendu « impossible » pour les entreprises de planifier et de fonctionner normalement. Tout en reconnaissant les déséquilibres commerciaux avec la Chine, il a déclaré qu’une guerre commerciale n’était pas « constructive ».

Reste la principale question : comment Yang compte-t-il s’y prendre pour se mesurer au maître des médias qu’est Donald Trump ?

« Le contraire de Donald Trump, c’est un Asiatique qui aime les chiffres », a dit Yang. « Il existe une dynamique naturelle dans la politique américaine qui fait que le pendule va osciller dans l’autre direction. Après Donald Trump, le pendule va osciller dans ma direction. »

« Je suis tout à fait confiant dans ma capacité à battre Donald Trump aux élections si je suis candidat », a déclaré Yang.


Photo : Stephen McCarthy/Collision via Sportsfile